Accueil > 2007 > Evénements par régions > Bretagne > Côtes-d’Armor > La Ruée à Broons

La Ruée à Broons

Compte-rendu d’Elise Chappaz et Olivier Perret

Le projet Broons’RueLibre ! se déroulait sur la journée de 10h à 18H (les commerces du centre ville ferment à 18h le samedi). Plusieurs actions et lieux étaient programmées.

9h56 : début de la retransmission de La webradio RueLibre ! sur les hauts parleurs du centre bourg, et jusqu’à 18h.

10h : inauguration de Broons’RueLibre !, sur le parvis de la médiathèque ; lancement du Grand Jeu Concours Du Potier Sans Obligation d’Achat de Broons’RueLibre !. Inauguration de l’installation interactive L’Arbramo (lieu d’échanges, de rencontres, de lecture de différents documents sur les arts de rue, l’intermittence, la fédération, l’édition spéciale de Stradda Rue Libre !, des revues telles Rue de la Folie, des textes et poèmes divers, des dessins...).

11H11 : mariage blanc. Trois artistes prêts à marier partent en quête d’un conjoint qui pourrait leur fournir papiers en règle et justificatifs de résidence, et surtout une respectabilité de bon aloi. Mais il n’est guère facile de convaincre les passants rencontrés. Pourtant, nous trouvons tous les trois des âmes charitables. Le photographe est de la partie et nous immortalise sur une superbe photo.

14h27 : vos coach personnels en consommation vous accueillent dans votre super-marché : en application des directives ministérielles du Ministère du Travail, de la Consommation et de l’Activité Industrielle et Économiquement Rentable, de nouveaux métiers sont créés, afin d’aider et conseiller les consommateurs à mieux et surtout consommer plus : c’est en consommant qu’on relancera l’activité économique du pays qui relancera l’activité industrielle qui relancera le pouvoir d’achat qui relancera la consommation.

Vos coach vous accompagnent durant toute la durée de vos courses dans vos magasins préférés, portent vos cabas et poussent vos caddies, mais surtout vous incitent à consommer de manière citoyenne, c’est à dire au dessus de vos moyens, dans un esprit de sacrifice pour « consommer plus pour avoir plus ».

Pendant ce temps, l’espace interactif de parole, rencontres échanges l’Arbramo est toujours en activité devant la médiathèque qui est ouverte. Des rencontres, des échanges ont ainsi l’occasion de naitre, nous expliquons beaucoup sur la journée nationale, ainsi que sur l’intermittence et les perceptions très négatives que peuvent avoir un certain nombre de gens sur nos métiers. Sur cela au moins la journée aura été positive !

Et toujours aussi le Grand Jeu Concours Du Potier Sans Obligation d’Achat de Broons’RueLibre !, qui connait un certain succès.

Direct avec la webradio RueLibre ! Transmise en direct sur les hauts parleurs du bourg : gros impact auprès de la population et des élus qui entendent parler de chez eux !!!

17h : nous nous préparons au soulèvement de la Bretagne : sur la place centrale du bourg la radio RueLibre ! Diffuse toujours son programme ; nous sonnons le rappel des volontaires et activistes bretons ; nous réunissons une quinzaine de personnes, plus autant de badauds, ce qui à cette heure de la journée dans cette ville là n’est pas une mince affaire.

17H33 : le soulèvement de la Bretagne a lieu avec notre contribution, en totale synchronicité avec les autres lieux bretons. Monsieur le Maire, et deux conseillers municipaux sont présents !

Fin de notre journée avec remise des prix du Grand Jeu Concours Du Potier Sans Obligation d’Achat de Broons’RueLibre !, avec un premier prix, un second prix, et un troisième prix tout à fait prestigieux : le pot d’honneur, le manque de pot, et le prix spécial potiche ; le tout sous l’acclamation des foules réunies et hilares. Puis partage de nos impressions sur cette nouvelle Bretagne et cette journée nationale des arts de la rue autour d’un pot participatif où nous mangeons chacun la cacahouète que nous avons apportée.

Nous savions que nous partions avec plusieurs obstacles à surmonter : notre implantation extrêmement récente, une compagnie en création et donc sans existence artistique pour l’instant, et la présence sur la commune d’une autre compagnie de spectacle de rue depuis plusieurs années, dont la présence est repérée par la population bien qu’elle n’ai pas d’implication ni ne mène d’action localement.

Nous sommes parvenus, avec un temps et des moyens extrêmement réduits, à construire une journée d’actions percutantes, toujours dans un esprit festif et malicieux, qui ont été bien reçues et bien perçues (il n’est pas possible en rue de satisfaire tout le monde et surtout de ne pas déranger les gens dans leurs habitudes sans provoquer quelques mouvements de reculs, ce que nous acceptons et respectons complètement). Ce dont nous sommes très contents.

Nous avons touché approximativement une centaine de personnes (public). La commune comptant 2500 habitants, dont 1/4 sur le centre bourg, c’est une assez jolie performance à mon sens. Une cinquantaine de personnes a participé activement d’une marnière ou d’une autre à nos propositions (lors des scènes de théâtre invisible comme au super marché, ou lors du mariage, mais aussi sur le site de l’Arbramo).

Les édiles qui au début nous laissaient faire mais sans du tout s’engager, ne parvenant pas à imaginer ce que notre programme pouvait bien donner dans la réalité, par méconnaissance des arts de la rue autrement que comme des parades de géants ou des fanfares, et parce qu’ils ne nous connaissaient pas non plus en tant qu’artistes, se sont montrées ouvertes et au fur et à mesure de la journée plus réceptives, jusqu’à venir participer au soulèvement de la Bretagne et au pot participatif (mais là je dois dire qu’ils sont venus sans leur cacahouète !, ce qui en matière de participation n’est pas exemplaire du tout).

Notre sentiment : Nous sommes très contents de notre journée, nous partions en sachant qu’il serait certainement difficile de faire bouger et participer les gens à nos moments de folie ordinaire et collective, et nous sommes parvenus à fédérer un certain nombre de personnes sur notre projet pourtant fragile encore une semaine avant la date.

Les aides reçues : photocopies (mairie et médiathèque) de nos affiches, programmes broonais, et autres documents ; distribution des programmes et affiches dans la communauté de communes (à peu près fait, mais seulement les mairies ont reçu les documents) ; mise à disposition du matériel sono de l’union des commerçants de Broons ; relais par plusieurs commerçants de la journée auprès de leurs clientèle ; relais très actif des employés de la médiathèque pendant la préparation et pendant la journée RueLibre !

L’avenir : nous souhaitons reprendre rendez-vous avec le maire et aussi avec le président de la communauté de communes (qui est aussi conseiller général des Côtes d’Armor) et qui nous a téléphoné deux jours avant le 27 pour s’enquérir des dispositions que nous avions prises, des autorisations que nous avions sollicitées, etc... alors même que notre demande de rendez-vous avait tout bonnement été ignorée...

Nous souhaitons continuer à travailler à une implication locale, en continuant à rencontrer les partenaires et les collectivités, ainsi que les commerçants puisque notre journée a eu une bonne visibilité sur la ville. Et d’abord par ce que c’est notre manière d’être et d’envisager notre vie personnelle et artistique. Je pense qu’un gros travail de fond est nécessaire dans cette partie Centre Bretagne, où les arts en général sont inconnus, et donc les arts de rue qui ne bénéficient ni de visibilité médiatique (télévision principalement) ni de prestige... Mais que notre participation à la journée du 27 octobre nous aura permis de débuter un dialogue avec la population, les collectivités et les élus.

Nous avions convié le maire et le président de la communauté de commune à la rencontre professionnelle brestoise organisée par le Fourneau et la Fée des Baies le 25 octobre, sans succès, mais je crois que notre action du 27 nous permettra d’initier un dialogue et peut-être de les faire venir aux prochaines escales et leur faire connaitre mieux ce secteur artistique. Il est sur que pour nous, cette journée a pu faire bouger les choses localement.

La participation d’une personne du public à l’Arbramo, pour Broonn’s RueLibre ! le samedi 27 octobre 2007 : Quel est ce mystérieux « Pote aux roses » que tu as aperçu tôt ce matin déposant de jaunes chrysanthèmes au pied de l’arbramo décoré comme un sapin ? De peaux en pots et de villes en aiguilles, poti à peauti, on saura bien la fin ! La Bretagne sera soulevée et les doutes levés sur l’inventivité des administrés !

Elise Chappaz, Olivier Perret. Téléphone : 02 96 80 07 20.

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0