Accueil du site > 2007 > Evénements par régions > Provence-Alpes Côte d’Azur > Vaucluse > "La Fête au Village" en Rue Libre à Cavaillon

"La Fête au Village" en Rue Libre à Cavaillon

"La Fête au Village" n’avait pas été pensée spécifiquement pour l’évènement, mais elle s’y est ralliée. La manifestation était donc annoncée de longue date pour associer la restitution de la résidence de Laurence Vielle à une présentation des activités de réinsertion du lieu, mais la com’ sur Rue Libre s’est faite plus tard. La ré-inauguration du Théâtre qui - hasard - tombait la veille, le 25 et le 26 octobre, a permis d’une pierre 4 coups : toucher les spectateurs, les professionnels, les élus et les institutionnels (projection du logo rue libre dans le hall, tracts, discussions, etc.

Avant tout, une info climatique : Le 27 octobre 2007 fut à Cavaillon (Vaucluse) une très belle journée, ensoleillée, étonnante, douce, propice à la déambulation.

On a compté 350 personnes en tout (alors qu’on avait jaugé à environ 150/200 !) : spectateurs et curieux, militants de l’action sociale, artistes, syndicalistes, journalistes, élus, étudiants, professionnels du spectacle, enfants.

Tout entrait dans le cadre du partenariat avec l’association « Le Village », qui s’est tissé indépendamment de Rue Libre, et sur une échelle de temps plus longue.

Cette journée était parfaite ! Un vrai plaisir, pas de problème technique, pas de retard, beaucoup de monde, très belle écoute, une participation active et attentive des visiteurs lors des causeries proposées avant et après les spectacles, un buffet gargantuesque, et le soleil.

Sur le territoire, et par rapport aux arts de la rue, cette journée a participé à la découverte des arts de la rue qui, malgré des initiatives de plus en plus nombreuses mais encore trop rares, restent relativement mal connus ; c’est aussi pour cela que la Scène nationale leur accorde une part plus importante de sa programmation ces derniers temps ; et qui sera sans doute amené à se développer.

Cette journée a montré à tous, il me semble, que les territoires de l’art sont ceux que l’on investit et que l’on fait vivre (ici, par exemple : une gravière industrielle, quelques pavillons réalisés avec des matériaux de récupération).

SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0