Accueil du site > 2007 > Evénements par régions > Alsace-Lorraine > Moselle > On se Rue à la Halle !

On se Rue à la Halle !

Compte-rendu de catherine MERCKLING / c.a.d.ha.me.

Le festival de théâtre de rue intitulé "On se rue à la halle", organisé à l’occasion de la journée nationale des arts de la rue, a connu samedi dernier, à Meisenthal, un grand succès. Plus de 200 personnes, dont de nombreux enfants, ont assisté de 15 h à 1 h le lendemain, à des spectacles mis en musique par des artistes de toutes disciplines, essentiellement du Grand Est.

La manifestation de la Journée Nationale des Arts de la Rue à la Halle Verrière de Meisenthal s’intitulait On se Rue à la Halle ! et a été organisée par le c.a.d.ha.me. (Collectif Artistique de Développement de la Halle de Meisenthal), en collaboration avec la compagnie Amoros & Augustin, partenaire de l’association pour la partie théâtre de la programmation.

Les aides financières sont venues du Conseil Régionale de Lorraine et du Conseil Général de Moselle. L’appel à participation, diffusé par mail, a suscité de nombreuses réponses.

Pour la communication, au-delà des traditionnels communiqués de presse, nous avons fait publier un encart d’1/4 de page dans le magazine gratuit Spectacles, éditions METZ et STRASBOURG (60 000 ex.). Quelques 500 affiches et 10 000 tracts ont été imprimés et diffusés dans les magasins, centres culturels, panneaux d’affichage et divers lieux de passage dans la région.

Au final, ce sont 13 compagnies et artistes alsaciens et lorrains qui ont accepté de participer à cette journée :
- Ulik (Lorraine)
- La Chose Publique (Lorraine)
- Theater Rue Piétonne (Alsace)
- Cie Déracinémoa (Lorraine)
- Les Z’animos (Alsace)
- Cie Rebonds d’histoires – Matthieu Epp (Alsace)
- Hector Protector et la Fanfare en Pétard (Alsace)
- Motus Modules (Alsace)
- Amoros & Augustin junior (Alsace)
- Cie Azimuts (Lorraine)
- La Valise (Lorraine)

Un invité de dernière minute : la Sorcière aux Dents Vertes (Lorraine). Et un plasticien venu présenter une œuvre à manipuler : Joseph Kieffer (Alsace)

La mise en place de la journée a commencé la veille, regroupant les quatre membres permanents du c.a.d.ha.me. et quelques volontaires. Le jour même, deux techniciens supplémentaires ont été embauchés pour assurer l’accueil et l’installation des compagnies, notamment pour monter l’énorme zeppelin métallique de la compagnie Azimuts, et accrocher à la toiture les filins qui permettraient aux danseurs de Motus Modules d’évoluer dans les airs.

Une dizaine de bénévoles ont confectionné gâteaux, tartines salées, soupes de légumes, vin chaud et thé à la menthe pour réchauffer et fortifier les visiteurs de la Halle. Ces bénévoles ont également assuré la gestion du bar durant toute la manifestation.

Ces efforts ont été récompensés par une belle affluence du public : on estime que 800 personnes se sont succédées au cours de la journée, avec un renouvellement important du public entre le programme de l’après-midi et celui de la soirée. La DRAC Lorraine est venue en force : 3 conseillers (théâtre, musique et danse, affaires internationales) étaient présents. Une journaliste du Républicain Lorrain de Bitche (Aude Fayolle) a couvert de début de l’après-midi

Les premiers spectateurs sont arrivés dès 14h30, pour ne surtout pas rater le lancement prévu à 15h ! Déambulant dans la Halle et aux alentours, ils guettaient la première intervention, qui ne manqua pas de les interpeller puisqu’Ulik a cerné la Halle de vrombissements surnaturels et assourdissants avant de débouler à l’intérieur du bâtiment, monté sur roulettes et propulsé par un invraisemblable sac à dos motorisé. A partir de là, le ton était donné : décalé, parfois surréaliste, comique et poétique. S’ensuivit une course-pousuite entre des gamins surexcités et un sapin de Noël bipède, l’étrange promenade de l’ogre encapuchonné de la Chose Publique, les spectaculaires origamis de l’Origastelet, les pitreries de la Reine d’Angleterre et de ses gardes, des marionnettes, des sorcières, des légumes, des chansons,… Les spectacles se sont enchaînés sans temps mort mais sans précipitation non plus : il s’agissait de laisser aux gens le temps d’aller d’un espace de représentation à l’autre, et de pouvoir choisir ce qu’ils décidaient de voir ou non. Nous avons veillé à programmer un spectacle pour enfants (Andrée Kupp, dresseuse de légumes, par les Z’animos) en même temps qu’une séance de contes réservée aux adultes (ne pensons pas à mal, mais les contes peuvent être violents ou compliqués…).

Au moment de la pause repas, vers 19h, une grande partie des provisions était déjà écoulée. Heureusement, pas de rupture de stock. Beaucoup de gens sont rentrés chez eux, peut-être à cause du froid, peut-être pour ramener des enfants fatigués à juste raison. Mais un nouveau public est arrivé pour le premier spectacle de la soirée : la galerie de portraits vivants de la Chose Publique a réuni près de 300 spectateurs aussi attentifs que des élèves modèles. Même succès pour l’Oeil Nu, un spectacle écrit et mis en scène par Luc Amoros, et joué ce soir-là par la jeune relève de la Cie Amoros & Augustin.

Il est difficile de parler de tous les spectacles, et de paraître impartial face à une telle variété de spectacles. Citons quand même Le Chemin des Hommes, un spectacle réalisé par la Cie Azimuts sur une commande du département de la Meuse. Les comédiens évoluent dans une structure métallique en forme de zeppelin, haute de plusieurs mètres, et l’esthétisme de la mise en scène s’accorde étrangement bien à l’horreur de la Première Guerre Mondiale qui est racontée.

La soirée s’est dirigée doucement vers sa fin avec une dernière intervention des danseurs de Motus Modules, et un regroupement plutôt convivial autour du bar… la 25ème heure s’est passée à échanger ses impression sur la journée écoulée, avec en fond les échos de la Rue Libre en France via la webradio. Une dernière sorcière qui promène sa haute silhouette dans les restes de la fête, un dernier verre de vin chaud, il fut bien temps de rentrer chez soi.

Cette Journée a été l’occasion de renforcer et de mettre en évidence une synergie déjà existante entre les acteurs des arts de la rue en alsace et Lorraine. Cela nous a donné envie de consolider ces collaborations, et d’ouvrir la voie à de nouvelles.

Le 5 novembre 2007 a eu lieu à la Halle Verrière une réunion regroupant artistes de rue, programmateurs, diffuseurs et financeurs potentiels. La Fédération des Arts de la Rue Alsace-Lorraine est née à cette occasion. Nous espérons pouvoir travailler conjointement avec la Fédération Nationale, et obtenir son soutien et son approbation !

Portfolio

Dernières Nouvelles d'Alsace
SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0