Accueil du site > 2008 > Evénements par régions > Ile-de-France > Seine-Saint-Denis > Utopie à Montreuil

Utopie à Montreuil

Compte rendu de Nicolas Soloy

25-10-2008 - Montreuil - rue de l’église

14h00 - En loge chez Acidu, nous écoutons l’Absent, l’ami Pierre qui fourneaute sur radio rue libre. Répartition des rôles, costumes et accessoires, chargement du camion : prêts à jouer.

16h30 - Deux frontières s’érigent en travers de la rue, entre les deux, un no man’s land. Barrières à levier, trépied, cônes et rubalise : la ville est coupée en deux, il est interdit de circuler. De chaque côté, un poste de douane : détecteurs de métal, interrogatoire et fouille. "Qu’allez-vous faire de l’autre côté ?"

Des autorisations de circuler sont tamponnées "rue libre". Des barons et baronnes chahutent les douaniers : personnages récidivistes du passage, ou bien phobiques du pavé qui doivent passer par les airs… Plusieurs spectateurs leur emboîtent le pas.

Les réactions du public témoignent de la force de l’image et de la situation : un sans-papier n’ose plus sortir de l’épicerie, tant la douane de pacotille que nous inventons trouve un écho réaliste dans la société répressive et discriminatoire mise en place par nos gouvernants. Mais tous les spectateurs ne sont pas dupes et nous sommes pris à notre propre jeu : un couple de spectateurs avec poussette se refuse à passer, nous invective dès qu’on veut poser du scotch "fragile" sur la poussette : "Il y a un enfant là-dedans, ce n’est pas un bagage", et le papa de s’emparer du tampon rue libre et d’oblitérer avec acharnement plusieurs Ausweiss. Une fois la frontière ouverte, je me dirige vers le papa, lui explique l’action. Il me rétorque avec le sourire : "J’avais bien compris ; on mettait l’ambiance." C’était sans doute la première fois qu’il voyait un spectacle de rue, et pas la dernière.

JPEG - 26.5 ko
Photo JM Coubart
http://www.coubart.fr/jmcoubart/

17h00 - C’est l’heure. Les frontières sont levées. Plateaux, tréteaux, jus de fruit et petits gâteaux font leur apparition le temps d’un goûter collectif. Fanfare et chansons à texte, vente de cartes postales, et au milieu de tout ça, une lecture du manifeste donne son sens à la manifestation : nous sommes tous là pour libérer la rue.

18h00 - Rangement, apéro et bilan. Bonheur d’avoir œuvré ensemble, et rencontré notre public : environ 150 personnes dont quasiment la moitié du début à la fin (cinq fois plus que l’an passé), un temps superbe, une compagnie de plus qui rejoint le collectif, les Oiseaux-Vaches. Que du bonheur ? Une certaine frustration quant à l’absence de représentants de la ville. Pour l’année prochaine, inventer un événement qui mobilise les élus ? À voir…

Pour l’heure, les photos de l’ami Coubart témoignent de l’événement.

D’autres infos sur le site du C.A.R Sud Est

Et encore pleins d’autres photos sur le site d’Acidu

SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0