Accueil > 2010 > Les arts de la rue ? > Le mot du Président

Le mot du Président

La Rue est nôtre… On y marche on y courre on s’y plante le nez au vent, on s’y regarde, on s’y assoit, on s’y couche, on y crie, on s’y aime, on y frémit, on y pousse, on s’y bat, on y achète, on s’y vend, mais on ne s’y installe pas. La Rue, ouverte à nos misères, à nos disparités, seulement si l’on n’y fait que passer.

La rue, forêt d’humains, où ceux-ci cherchent à replanter leurs racines. Mais où l’espace marchand et sécuritaire mange peu à peu les terres.
La rue qui courre comme notre temps. Et notre temps est court, heurté, morcelé, accaparé.

Alors faire un spectacle, dans la Rue, s’arrêter pour le regarder, dans la Rue, c’est faire un écart, sortir de la circulation, du flot, du flux, forcément, créer une sorte de résistance à la frénésie.

Nous, Arts de la Rue, sommes des arts avec vivants, faits de bruit et de sueur, des arts bouillonnants, croisés, ouverts, dont le contexte fait partie du texte. De l’art en prise directe avec le public, non pas un public choisi mais l’ensemble des citoyens dans leur diversité, un art à portée de mains, de regard, de curiosité. Art de toutes les formes et de tous les accès.
Voici la 4ème édition de Rue Libre, qui est autant un cri qu’un état d’esprit.
Cri de rage adressé à ceux dont la fonction donne pouvoir sur l’espace public et qui oublient trop souvent que la Culture et l’Art nous unissent, que ce sont les mille petits liens tressés au quotidien qui font une démocratie. 
Cri de ralliement, de joie insolente, d’espoir exaspéré
. Cri d’alerte envers ceux qui sacrifieraient volontiers les budgets de la culture sur l’autel de la crise : quand la tempête fait rage, on ne démolit pas les phares.

 Rue Libre, un éclair dans un ciel d’orage, contre les confiscations, la sécurisation, la paupérisation, la résignation.


Voici la 4ème éruption de Rue Libre que nous dédions à tous ceux qui persistent à penser, à créer et à échanger.

Voici la 4ème expression de Rue Libre à laquelle nous vous invitons, chaleureusement.

« Oh ! La Rue ! Tu descends ? »

Pierre Prévost,
Président de la Fédération Nationale des Arts de la Rue

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0